Elie et Florentine

 

Elie et Florentine *

 

Mes grands-parents maternels, Elie Potier et Florentine Barreteau sont tous les deux issus de Grand'Landes en Vendée. Chez les Potier et les Barreteau on est paysan de génération en génération.

Carte

Elie, né en 1895, est l'ainé d'une famille de cinq enfants. Ses parents, Elie et Adeline Rambaud habitent le village de la Gobinière et exercent le métier d'agriculteur, tout comme les parents de Florentine dans le village voisin, la Giraudière. Florentine, née en 1896, est la douzième d'une fratrie de 12 enfants.
Les deux villages sont proches, au bord de la forêt à 6 kilomètres de Grand'Landes.Les familles se rencontrent, s'entraident pour les moissons, les foins, les vendanges. Naturellement, les enfants se côtoient et font route ensemble pour rejoindre l'école du village. Elle est longue cette route, 6 kilomètres matin et soir, en sabots par n'importe quel temps, quelle que soit la saison. Florentine aime l'école et travaille d'arrache-pied. Elle obtient son certificat d'études primaires en 1907. Hélas, peu d'avenir pour les filles de paysans et Florentine quitte l'école pour aider aux travaux de la ferme et de la maison. Elie aussi reste à la ferme, il est l'ainé et doit aider son père, c'est dans l'ordre des choses. Les familles s'entraident pour les travaux agricoles: foin, moissons, vendanges ...

Florentine

Ils restent proche et se fréquentent, pensent déjà au mariage. La guerre mettra un frein à leur projet d'avenir. En 1915, Elie rejoint son régiment, le 6éme régiment du génie à Angers. Après 2 mois d'instruction,  il part en Champagne et participe à la "Bataille de Champagne". Bataille particulièrement meurtrière pour l'armée française. Les permissions sont rares et courtes. Il revient 7 jours en juin 1917 et 10 en décembre. Il rapportent des nouvelles du front d'une extrême gravité. Les nouvelles  sont alarmantes, les pertes d'hommes et les blessés se comptent par milliers. Le moral est au plus bas et pourtant il doit repartir, alors ils bravent tous les interdits ....

La vie reprend son cours dans le village de la Giraudière. Et pourtant ... Florentine attend un enfant. Maurice arrive le 27 août 1918. Florentine est heureuse et la famille entoure ce bébé qui naît sous des auspices bien sombres. Elie revient deux fois au cours de cette année. Il faut fixer la date du mariage. Les deux familles s'ignorent. Les parents Potier ne veulent pas entendre parler de mariage. Ils vont pourtant y consentir mais n'assisteront pas à la cérémonie.
La date est fixée au 8 octobre de cette même année. Elie reconnaît Maurice comme son fils. Comme  tous les mariages à cette époque, entaché d'une faute, il sera célébré tôt le matin, comme pour masquer la honte. Bien sur, aucune photo  ne témoignera de l'évènement.

La guerre est terminée, mais Elie doit encore rejoindre son régiment. Il ne sera démobilisé définitivement que le 7 septembre 1919. Ils resteront encore deux ans. Elise, ma maman, naîtra le 4 janvier 1921. Elie et Florentine ne veulent pas rester à la ferme. Ils cherchent à se "placer" chez des gros propriétaires. Aristide Rambaud, un cousin d'Elie travaille au service de la famille Auvynet, habitant Palluau. C'est une bonne famille disait-il. Justement, ils recherchent un couple qui assurerait le gardiennage d'une grande maison dans le bourg de Legé, une de leurs nombreuses propriétés. Elie assurerait aussi le jardin pour cetterfamille et une fois par semaine se rendrait à Palluau pour le jardin de proximité et quelques menus travaux d'entretien. Florentine serait chargée de la lessive et de l'entretien de la "grande maison".L'offre est intéressante. Ils acceptent et s'installent dans leur nouvelle vie au mois d'avril 1922.

* génération 4

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site