Le Savoie de tante Florentine

Gateau

On en parle encore aujourd'hui du gâteau de Savoie

Ma grand-mère habitait dans le bourg de Legé une maison flanquée de quelques remises. Tous les dimanches matins, les cousins-cousines, dispersés dans les villages alentour, venaient  assister à la grand-messe  de 10heures.  Personne ne possédait de voiture et c'est à vélo que les uns et les autres arrivaient accomplir son devoir dominical, quel que soit le temps.
Un défilé de cyclistes déposait alors leur moyen de locomotion dans les remises, puis se rendait à pied  à l’église.
En prévision du retour de tout ce monde, ma grand mère, qui assistait elle aussi à la messe, avait préparé son traditionnel gâteau de Savoie. Inutile de dire que ce fameux biscuit excitait délicieusement les papilles. Gonflé, doré, sucré, moelleux, léger , bref à déguster sans modération. Réputation conviviale de la maison de Tante Florentine.
Cette friandise était généralement accompagnée d'un café. Alors là, par contre, pas terrible le café de Mémé.Un mélange de café et de chicorée jeté dans de l'eau, pas très excitant.
Pourtant, personne ne se faisait prier. Sitôt la messe terminée, la maison se remplissait de toute une joyeuse assemblée et les langues s'activaient. Les potins allaient bon train. On échangeait des nouvelles des uns et des autres, des absents. On se chauffait un petit coup auprès de la cheminée.
Puis ragaillardi par cette délicieuse collation, chacun s'armait de courage et regagnait ses foyers. L'hiver, à velo, les côtes sont rudes.
Voilà un petit épisode joyeux des années 50, qui fait encore son petit effet et laisse un délicieux souvenir à ceux qui ont croqué dedans !

Croquez vous aussi ici

A tantôt !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×