F

comme Florentine

Florentine-Adelphine, ma grand-mère, nait dans le village de la Giraudière sur la commune de Grand-Landes, le 30 mars 1896. La Giraudière se situe à 6 kilomètres de Grand'Landes, à la lisière de la forêt. Ses parents, Elie Barreteau et Clémence Pélagie Taillé, ont douze enfants. Florentine est l'avant dernière de cette fratrie.

La giraudiere 1

Ses parents, Elie Barreteau et Clémence Pélagie Taillé, ont douze enfants. Florentine est l'avant dernière de cette fratrie.
Huit garçons: Henri (1880-1959); Théophile (1881-1948); Ferdinand (1884-1965); Alexandre (1885); Elie (1886); Auguste (1889-1889); Jules (1891); Emmanuel (1894).
Trois filles: Armandine (4882-1886); Eugénie (1888); Florentine (1896-1985).
Enfant né sans vie (1898).

Florentine fréquente l'école de Grand'landes. Elle parcourt tous les jours à pied, été comme hiver, avec ses frères et soeurs les 6 kilomètres. Elle obtient en 1907 son certificat détudes. Elle quitte alors l'école et reste chez ses parents.

Quelques années plus tard, elle fait la connaissance d'Elie habitant à la Gobinière, village voisin du sien. Ils se fréquentent.

En 1914, la guerre est déclarée. Elie attend son ordre de mobilisation. En 1916, il part en Allemagne. Il revient quatre fois à Grand'Landes au cours de sa mobilisation. Lors de son dernier séjour,au mois de mai 1918, il apprend que Florentine attend un enfant. Maurice nait le 27 août  suivant.

Ils se marient au mois de novembre 1918 et Elie reconnait Maurice. Sa démobilisation ne sera effective qu'au mois de septembre 1919. Au mois de janvier 1921, nait Elise, ma mère.,

En 1922, sur les conseils d'un cousin, ils postulent pour une place de domestiques à Legé auprès de la famille Auvynet, médecin à Palluau.  mais posséde leur maison familiale à Legé.

Leur vie s'écoule paisiblement. Mais au mois de juillet 1938, Maurice contracte une typhoïde. Malgré les soins prodigués par le docteur Auvynet, il décède le 2 août. Florentine et Elie sont  effondrée et ma grand-mère se remet difficilement de cette terrible épreuve. Pourtant, la vie reprend ses droits.

En 1948, Elise se marie avec Alexandre Blay et en 1949, je pointe le bout de mon nez au domicile de ma grand-mère et toujours assisté du Docteur Auvynet.

Je passe toutes mes vacances chez mes grands-parents. Ce sont des moments inoubliables.

Tous les mercredis, Elie se rend à Palluau, distant de 10 kilomètres pour des petits travaux d'entretien, couper du bois ou entretenir le jardin qui jouxte la maison du médecin. Le trajet s'effectuait en vélo par n'importe quel temps, puis en solex. Le 16 mars 1960, en rentrant de Palluau, Elie tombe en panneau lieu-dit  Bellevue, sur la commune de Saint-Etienne du bois. Il traverse la route pour réparer son solex dans une ferme. Il ne voit pas la voiture arriver .... Elie est tué sur le coup.

Florentine, encore une fois, doit surmonter ce drame. Pourra-t-elle assumer seule la charge de cette grande maison ? " Les patrons", comme elle les appellent , n'ont pas l'intention de se séparer de Florentine. Il trouve un domestique qui assure la charge de mon grand-père et Florentine profitera de sa maison bien après sa retraite.

En 1981, elle vivra avec Elise, qui au décès de mon père est revenue à Legé. Victime d'un AVC , elle décèdera à la maison de retraite de Legé le 19 mars 1985.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×