Les années noires 39/45

Nos parents et grands-parents ont vécu deux guerres. Les bombardements, les difficultés à vivre au quotidien, les correspondances avec des proches partis au front ou prisonnier.
Quelques documents retrouvés témoignent de ces moments difficiles.

Le chaos
Les déplacements
Cartes de correspondance allemande
Carte de priorité

Le chaos

La ville de Nantes n'a pas été épargnée par les bombardements. Les 16 et 23  septembre 1943, les avions anglo-américains pilonnent la ville  laissant derrière eux un champ de ruines, de mort et de désespoir. Mon père , dispensé de service militaire pour raison de santé n'était donc pas mobilisé, travaille aux transport Drouin qui assure la liaison entre Nantes et Legé. Il se met, comme tant d'autres, à la disposition des équipes de sauveteurs pour déblayer les décombres, sous les directives de la Croix-Rouge, du Secours National, de la Défense passive.Devant l'ampleur de la tâche, la municipalité fait appel aux chantiers de jeunesse se mobilisent pour prêter main-forte.
Les secours arrivent de toute part, la S.N.C.F met à la disposition des secours 10 voitures contenant du matériel médical, de déblaiement, des groupes électrogène etc ...

Le centre-ville de Nantes est particulièrement touché, témoin ces quelques photos de la rue du Calvaire et de ses alentours.

 

La rue du Calvaire

Rue du Calvaire, Nantes

Rue du Calvaire, Nantes

Rue du Calvaire, Nantes

Rue du Calvaire, Nantes

Rue du Calvaire, Nantes

Autour de la rue du Calvaire

Place du Bon Pasteur

Rue de l'Arche Séche prise du Pont de Feltre

Rue Franklin

Vue prise de l'angle de la rue Scribe vers la Place Graslin L'Olympia est à gauche

Rue Racine

A gauche le café des Arcades A droite le Grand Hotel

Les déplacements

Se déplacer à cette période n'est  pas chose facile. Un couvre-feu est instauré qui ne correspondait pas forcément aux horaies des travailleurs. Chacun devait alors posséder un laisser-passer pour se rendre à son travail ou retrouver son domicile. Il famait en faire la demande à la commandanture et justifié l'usage de ce document

Deux exemplaires de ce document pour circuler sans soucis à Nantes.
- Un laisser passer recto-verso à Lucien le Gal pour se rendre à son travail aux chantiers de la Loire.  Il est  rédigé en allemand et en français .Les déplacements sont exprésement indiqués sur le document.
- le second pour à Alexandre Blay pour se rendre de Nantes à Bouguenay, à l'extérieur de la ville.

Carte de correspondance d'un prisonnier allemand avec sa famille

Prisonnier à Nantes ou dans la région, Hans Thone correspondait avec sa famille. Tout comme les français, le peuple allemand a subi la guerre et les soldats prisonniers en France attendaient la fin  des hostilités avec impatience.
Il vient de recevoir des nouvelles de l'Allemagne écrite sur des cartes spéciales réservées à cet effet.

L'après-guerre

Les années d'après-guerresont encore difficile. la reconstruction demande du temps et l'approvisionnement des villes en denrée alimentaire reste parfois précaire.
Le ministère de la santé publique distribue des cartes de priorité aux mères de famille.
Elles peuvent ainsi bénéficier de produits de premières nécessité pour les enfants en bas âge.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×