L'ordonnance de Villers-Côterets

 François 1er qui, par son Ordonnance de Villers-Coterêts en 1539, imposa aux prêtres de consigner les baptêmes et les décès avec filiation sur un registre et de les rédiger en français. Voilà l'état civil créé. C'est une décision qui a toute son importance pour les généalogistes d'aujourd'hui. Malgré tout, nous ne sommes pas tous égaux devant cette loi. Certains prêtres rechignaient à appliquer cette décision. Certaines archives sont abimées ou ont disparues au fil des siècles. A la fin du XIXéme siécle, le diocèse de la Vendée rédigeait encore les actes de baptêmes, de décès et de mariage en latin.
L'ordonnance de Villers-Coterêts pourrait être le texte le plus ancien en vigueur en France.

L'ordonnance de Villers-Cotterêts est un texte législatif édicté par le roi de France François Ier, entre le 10 et le 25 août 1539 (vingt-cinquième année de son règne) à Villers-Cotterêts (dans le département actuel de l'Aisne), enregistré au Parlement de Paris le 6 septembre 1539. Il pourrait s'agir du plus ancien texte encore directement en vigueur en France.

Forte de cent quatre-vingt-douze articles, elle réforme la juridiction ecclésiastique, réduit certaines prérogatives des villes et rend obligatoire la tenue des registres des baptêmes. Elle est surtout connue pour être l'acte fondateur de la primauté et de l'exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique du royaume de France ; en effet, pour faciliter la bonne compréhension des actes de l'administration et de la justice, elle leur impose d'être rédigés dans cette langue. Le français devient ainsi la langue officielle du droit et de l'administration, en lieu et place du latin.
>>lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×